La bouse de corne

Bouse de corne

Bouse de corne

Méthodes d’élaboration : la bouse de corne est le résultat de la maturation de bouse de vache dans une corne de vache enterrée durant la période hivernale.

Époques de pulvérisation : la préparation “bouse de corne” (500) devrait être appliquée au moins deux fois par an, en général au printemps et à l’automne, un peu avant que l’activité biologique des sols ne soit la plus intense, c’est à dire lorsque la chaleur et l’humidité sont suffisantes. Chacun doit juger des conditions dans son propre lieu.
L’application devrait se faire dans la soirée, par un jour ni trop venté, ni trop chaud ; une fin d’après-midi un peu couverte est idéale. On évite de pulvériser sous la pluie ou si une grosse pluie est prévue immédiatement après l’épandage. Les indications du calendrier des semis sont secondaires par rapport aux conditions météorologiques, mais un jour racine en période de lune descendante est optimale.

Conditions de pulvérisation : la pulvérisation doit se faire juste après la dynamisation, en goutte assez grosse, sur le sol.  Pour la pulvérisation, le jardinier peut utiliser une balayette et un seau.
Si l’on emploi un pulvérisateur la pression ne doit pas être supérieur à 0,8 bar. Idéalement, le pulvérisateur devrait être en cuivre, il doit en tout cas être bien propre et ne jamais avoir contenu de produit chimique.

Brassage (dynamisation) : la préparation “bouse de corne” (500) doit être diluée dans l’eau et brassée énergiquement durant exactement une heure avant d’être pulvérisée. La formation du vortex doit être énergique sans causer de projections d’eau. Les pentes de l’entonnoir formé doivent être les plus rectilignes possible, elles ne doivent pas former d’épaulement. Le vortex doit être aussi profond que possible et aller presque jusqu’au fond du récipient. Le chaos doit être vigoureux. Il faut rechercher un rythme actif et musical, sans pauses.

Récipient :  idéalement, le récipient de brassage devrait être en cuivre, en poterie de grès (sans plomb), en fer étamé ou émaillé. Il doit être bien propre et ne jamais avoir contenu de produit chimique. Il doit être plus haut que large, une forme légèrement conique est possible. On doit prévoir un volume total du récipient du double du volume à brasser pour permettre une bonne formation du vortex (tourbillon).

Eau : on devrait utiliser de l’eau de pluie conservée dans de bonnes conditions. À défaut d’eau de pluie, on peut utiliser de l’eau limpide d’un cours d’eau ou d’une source non calcaire. Les eaux du réseau contiennent presque toutes du chlore, des nitrates et des pesticides divers. Ces eaux diminuent singulièrement l’efficacité des préparations biodynamiques ainsi que celle des extraits végétaux. Si l’eau de la ville est la seule disponible, il faut la laisser séjourner dehors dans un récipient ouvert pendant plusieurs jours, en la brassant brièvement de temps à autre, mais c’est un pis-aller qui conduit à bien des échecs. On devra veiller au pH et à la dureté de l’eau. Les eaux calcaires ou alcalines ne conviennent pas. On recherchera un pH inférieur à 6,5.

Chauffage : l’eau doit être tiédie avant le brassage. Il ne faudrait pas ajouter de l’eau très chaude pour tenter de réchauffer une eau plus froide. L’idéal est de chauffer la totalité de l’eau approximativement jusqu’à la température du corps humain (37°), en utilisant un chauffage au bois ou au gaz (ni électricité, ni gas-oil).

Quantité : une portion de 25 g, brassée dans 5 à 10 l d’eau, convient pour un jardin ou une surface jusqu’à 25 ares. En agriculture, on utilise 100 g de bouse de corne dans 25 à 35 l d’eau par hectare.

Conservation : idéalement il faudrait utiliser ce produit dès réception. Il existe des caisses spéciales à double paroi remplies de tourbe pour la conservation des préparations. Un jardinier peut aussi conserver cette préparation dans un bocal de verre enfoui dans la tourbe dans un endroit abrité, à l’écart des pollutions électromagnétiques (une cave par exemple). La préparation ne doit pas s’assécher, ni développer de mauvaises odeurs.

 

Retour à la page des préparations
Retour au début de la page