Coin jardinier

Appliquer la biodynamie au jardin

La biodynamie trouve son origine dans une série de 8 conférences données par Rudolf Steiner en 1924 devant un public composé essentiellement d’agriculteurs, de propriétaires de grands domaines agricoles et de chercheurs (voir « présentation de la biodynamie »).

La biodynamie fut donc créée et appliquée en premier lieu pour l’agriculture. Mais bien vite les grands principes de cette agriculture (l’organisme agricole, le travail avec les rythmes cosmiques, l’utilisation des préparations biodynamiques)  se sont adaptés aux plus petites surfaces des jardins familiaux. Aujourd’hui, chacun peut contribuer à soigner la terre en agissant dans son propre jardin.

L’organisme agricole

Pour devenir un « organisme », le domaine agricole doit présenter une autonomie maximale, c’est-à-dire qu’il ne devrait pas avoir recours à des éléments extérieurs au domaine, par exemple en terme de fertilisants, de semences, de produits de soin des plantes…
Pour y parvenir, le domaine agricole devrait présenter une grande diversité dans les cultures et les espèces animales ainsi que dans les différents milieux qui le composent (zones plus ou moins humides, boisées…).

Pour un jardinier, qui le plus souvent ne possède pas d’animaux et ne cultive que des légumes, il paraît difficile de tendre vers cet idéal, cependant de nombreuses mesures peuvent donner au jardin un équilibre sain et plus d’autonomie :

  • Il est important de protéger l’espace du jardin par la plantation de haies diversifiées qui formeront « la peau de l’organisme jardin » et seront autant de refuges à une vie animale propice à l’équilibre du jardin.
  • Il est souhaitable d’encourager au maximum la diversité de la vie sauvage au jardin. Outre les haies, il est possible de créer différents milieux par des gestes simples : creuser une petite mare pour les espèces aquatiques et les amphibiens, monter un mur de pierre sèche pour les reptiles, installer des nichoirs et des mangeoires pour les oiseaux ou certains mammifères (hérissons en particulier) ; des « hôtels à insectes » pourront abriter de nombreuses petites bêtes qui se régaleront des insectes ravageurs de vos plantes (syrphes, coccinelles, guêpes solitaires, forficules…).
  • La fertilisation devrait se fonder sur l’élaboration d’un compost qui recycle les déchets alimentaires de la famille et tous les déchets verts du jardin. Il est cependant important d’y apporter de la fumure animale, celle qu’il est possible de trouver à proximité.
  • Le soin des cultures, outre les préparations biodynamiques, peut se baser sur l’utilisation de tisanes, décoctions ou purins de certaines plantes faciles à cultiver ou à récolter dans l’environnement proche du jardin ( voir « produits jardins »).

Les préparations biodynamiques

Les préparations sont la pierre angulaire de la méthode biodynamique, c’est grâce à l’utilisation de ces préparations qu’il est possible de soigner la terre, d’augmenter sa vitalité et de produire des légumes savoureux et sains. Pour les personnes débutant la biodynamie, ce n’est pas compliqué, il suffit d’employer trois préparations successivement :

  • le compost de bouse (à défaut de compost avec les préparations biodynamiques)
  • la bouse de corne (aussi appelée préparation 500 )
  • la silice de corne (aussi appelée préparation 501 )
Le compost de bouse, méthode de Maria Thun

Le compost de bouse permet l’application simple et rapide des préparations biodynamiques du compost sur un terrain n’ayant pas reçu de compost biodynamique dans l’année. Sa pulvérisation apporte au sol les bienfaits des préparations biodynamiques du compost, les éléments nutritifs du sol s’organisent de manière équilibrée et sont rendus mieux assimilables par les plantes. Le compost de bouse est aussi un excellent accélérateur de la décomposition des matières organiques fraîches dans le sol.
Cliquer ici pour les conseils techniques liés à l’emploi du compost de bouse.

La préparation bouse de corne ou 500

La bouse de corne favorise la vie du sol et  amplifie la constitution d’une structure grumeleuse favorable à la croissance racinaire. Elle favorise la croissance des racines en profondeur et en un fin et dense chevelu racinaire. Les cultures deviennent  ainsi plus résistantes aux périodes sèches et se lient fortement à leur «terroir », procurant une forte typicité aux goûts des fruits et légumes.
Cliquez ici pour les conseils techniques liés à l’emploi de la bouse de corne.

La préparation silice de corne ou 501

La silice de corne s’adresse plus particulièrement à la partie aérienne des plantes. La pulvérisation de silice de corne agit comme un surplus de lumière solaire pour les plantes. Elle favorise la structure des plantes qui deviennent plus résistantes aux maladies, particulièrement aux maladies cryptogamiques. Elle améliore également la maturation des fruits et légumes, les rendant plus sucrés et savoureux.
Cliquer ici pour les conseils techniques liés à l’emploi de la silice de corne.

Se procurer les préparations biodynamiques

Le jardinier ne peut pas élaborer seul ces préparations.
Il existe dans chaque association régionale des groupes d’élaboration auprès desquels les membres peuvent se procurer les préparations.
Le MABD propose également ces préparations à la vente par correspondance.
Pour une bonne utilisation de ces préparations, nous vous conseillons de participer à une formation ou à une journée organisée par le Mouvement de l’Agriculture bio-dynamique ou par votre groupe régional.

L’utilisation des rythmes cosmiques

L’influence de la périphérie cosmique sur la vie des plantes et des animaux a été soulignée par Rudolf Steiner dans le Cours aux agriculteurs.
A sa suite plusieurs chercheurs se sont intéressés à ces phénomènes et ont pu établir des liens entre les périodes de semis, de plantation ou de travail du sol avec le rendement et la qualité des produits agricoles.

Maria Thun a notamment découvert le principe des jours favorables aux feuilles, aux fruits, aux racines ou aux fleurs en fonction de la position de la Lune devant les constellations du zodiaque. Ce principe est repris aujourd’hui par tous les calendriers lunaires, avec plus ou moins d’exactitude.

Le Calendrier des Semis biodynamique (en vente au MABD), édité par Maria Thun depuis plus de 50 ans, est un outil incontournable et facile d’utilisation pour tous les jardiniers voulant travailler en accord avec les rythmes cosmiques .
En complément, vous pouvez acquérir le calendrier des étoiles et des planètes de Liesbeth Bisterbosch.

Une ouverture d’esprit

La biodynamie ne peut pas se résumer à une accumulation de pratiques ou de mesures agronomiques. Il s’agit également d’aiguiser son sens de l’observation selon la méthode goethéenne et de créer une relation intime avec son jardin et tout son environnement. Cela exige un grand bouleversement, nécessite l’adhésion de tout l’individu et demande une transformation de la manière de voir les faits de la vie. Cela semble à priori une lourde tâche, mais commencer à agir avec l’utilisation des préparations biodynamiques représente un grand pas vers ce changement. L’homme d’aujourd’hui porte la responsabilité du devenir de la planète, chacun peut et doit œuvrer pour préserver la fertilité de la Terre.